Autres articles

Loisirs et autisme : pourquoi c’est important 

Le travail, le sport, les activités en famille… La vie de tout un chacun est faite de moments différents, chacun d’entre eux contribuant à notre équilibre personnel. Et à chaque âge de la vie, les loisirs occupent une place particulière.

________________

Par exemple, pour le petit enfant, le jeu permet de développer les habiletés physiques, intellectuelles et sociales. Un enfant qui joue examine des objets, il les manipule et découvre ainsi l’environnement. Au-delà de l’aspect ludique, le jeu comporte donc toute une dimension éducative. L’adolescent,lui, trouvera dans les loisirs une occasion de se défouler après les exigences scolaires mais aussi de créer un réseau social, extérieur à sa famille. Le temps libre lui permettra de prendre de l’autonomie ainsi que sa place dans la société. Devenu adulte, les loisirs vont permettre un équilibre entre la vie familiale et professionnelle.

Pour chacun de nous, les temps de loisirs sont des moments de liberté durant lesquels nous nous engageons sans contrainte, dans une activité qui procure du plaisir. C’est une notion très personnelle : un loisir pour l’un peut être vécu comme désagréable par d’autres. Pensez, par exemple, au jardinage : plaisir pour certains mais véritable corvée pour d’autres.
Loisirs et autisme
Les enfants avec autisme ne développent pas spontanément des loisirs, pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, le moment de temps libre est une période vague et incertaine, pendant laquelle aucune indication précise n’est donnée. « Va jouer », « Fais ce qu’il te plaît » sont des consignes que votre enfant ne comprend probablement pas. Elles requièrent de l’imagination, de la créativité ainsi qu’un intérêt qui peuvent lui faire défaut.

Ensuite, cela oblige à faire des choix : les enfants avec autisme ont une gamme d’intérêts réduite et moins d’expériences dans le domaine des loisirs ; ils ont aussi moins la capacité et l’habitude de faire des choix.

Et pour finir, cela réclame certaines compétences : utiliser ses temps libres de manière adéquate implique souvent par exemple, la possibilité de nouer des relations sociales. Cela suppose également de pouvoir se concentrer un certain temps et d’avoir une bonne motricité fine…

En réalité, les enfants avec autisme éprouvent beaucoup de difficultés à occuper leur temps libre de façon appropriée. Souvent, ils vont répéter sans cesse les mêmes activités : faire tourner des objets, regarder les mêmes séquences vidéo…C’est dans ces moments-là qu’ils montrent parfois des comportements d’autostimulation. Ces stéréotypies font partie du fonctionnement de votre enfant ; toutefois, si leur durée est excessive, il peut parfois s’en suivre des problèmes de comportement. Il faut alors aider votre enfant à trouver d’autres façons de jouer.

Voilà pourquoi notre association met en place des ateliers et activités en plein air depuis un an! 

Les ateliers ont principalement été montés afin de créer du lien entre les bénévoles et les enfants. Car, qu’on se le dise, les enfants avec autisme ont besoin de créer des affinités avec les autres pour s’amuser comme pour apprendre! 

Coralie, s’amusant avec les pompons lors d’un atelier de danse avec les Magnolias de Reims

Les sorties loisirs permettent non seulement aux parents de souffler ne serait-ce qu’une demie journée, pendant que les loulous s’amusent,  mais elle permettent aussi aux parents de tenter des activités qu’elles n’auraient jamais essayé avant! Ou  alors très rapidement. 

« La dernière fois que nous avons fait de l’accrobranche, c’était durant une activité au Salon de la Nature au Parc des expositions. Mon fils a eu tellement peur qu’il a fallu qu’un animateur vienne l’aider à descendre. Avec Petit Bonheur, il a fait un parcours compliqué en pleine nature, parce qu’il était accompagné! Et il s’est débrouillé comme un chef! Je suis très fière de lui!

Alexyan, lors de la dernière sortie à l’accrobranche organisée par l’association

Yassine, très à l’aise, lors de la dernière sortie à l’accrobranche organisée par l’association.


________

Afin de poursuivre ses actions, Petit Bonheur renouvellera la sortie au parc d’attractions Nigloland très prochainement! 

L’année dernière, nous avions permis à Janelle, Maël, Charlie et Alexyan de profiter d’une journée entière à Nigloland accompagnés en 1 pour 1. 

Un test, très concluant pour certains parents! 


_____________________________________________

Toutes les photos sont disponibles sur notre page Facebook. 

N’hésitez pas à converser avec nous en commentaires! 

Le rêve de Cyril

Autiste, Cyril 30 ans, élève de l’association APTE-AUTISME, rêve de devenir pianiste professionnel. 

Capture d’écran 2017-06-24 à 18.41.31.png

Cyril

C’est en se retrouvant dans un foyer que Cyril découvre le piano. Dès lors, l’instrument deviendra son meilleur ami. Seul, il se met à jouer des airs déjà entendus ou de sa création. Mais en quittant cette structure, sans accompagnement, Cyril revient dans sa famille et doit alors laisser derrière lui le piano. 

Il y a 4 ans, la maman de Cyril découvre l’association APTE-AUTISME, dont la vocation est d’enseigner une pratique instrumentale (piano ou autres instruments) à des personnes (enfants, ados, adultes) avec autisme.

APTE met en place une méthode spécifique pour permettre aux personnes autistes de pratiquer la musique: la méthode DOLCE©, élaborée par la fondatrice et directrice Françoise DOROCQ, après plus de 10 ans de travail et de recherches. Elle est spécifiquement adaptée à cet apprentissage pour les personnes avec autisme. Tout passe par le jeu et le plaisir.

Depuis Cyril continue à prendre des cours avec APTE, fait des récitals, a enregistré un CD mais… Faute de moyens financiers sa famille ne peut lui offrir un piano à la mesure de ses rêves : un Yamaha comme celui sur lequel il joue à l’association.

Un financement participatif a donc été lancé afin de permettre à Cyril d’avoir son propre piano.

Afin d’aider Cyril dans ce projet, vous pouvez contribuer au financement participatif en cliquant ICI.


Et pour en connaitre un peu plus sur la méthode DOLCE©, nous vous invitons à lire le livre de Françoise DOROCQ « Autisme et musique ».

Vous pouvez aussi vous le procurer en cliquant ici >>

Aider les enfants à comprendre l’autisme: vidéo.

En France, 1 personne sur 100 est touchée par un trouble du spectre autistique. Un tiers des Français pensent encore qu’il s’agit d’un trouble psychologique alors que nous savons désormais qu’il s’agit d’un trouble neuro-développemental. Il est urgent de faire comprendre à tous que les autistes ne sont pas malades, mais simplement différents. Et cela commence par la sensibilisation des enfants!

Une vidéo pour les 7 – 11 ans

La vidéo “Créer des choses merveilleuses” a été réalisée par Alex AMELINES. Elle explique aux enfants que chacun d’entre nous a un cerveau qui fonctionne à sa manière et que, face aux nombreuses informations que le cerveau doit traiter quotidiennement, tout le monde ne réagit pas de façon identique. Chez certaines personnes, cela génère une sensation d’oppression, de stress, pouvant conduire à des comportements spécifiques. Ce n’est pas, pour autant, qu’il faut se moquer de cette personne ou l’ignorer. Au contraire, en s’y intéressant, on peut partager des choses différentes, en apprendre de nouvelles.

« Le langage du corps »: prise en charge de la douleur chez les personnes TSA

« Le langage du corps » – film documentaire
La douleur chez les patients non-communicants est une réalité très souvent ignorée. Faute d’explorations somatiques, ces personnes développent pourtant des pathologies chroniques, qui entraînent des changements de comportement parfois radicaux. L’hôpital Barthélémy Durand d’Etampes est un des rares établissements à leur proposer une prise en charge adaptée , dans une unité de soins somatiques spécialisée. Les patients y sont reçus par une équipe dédiée, et examinés le plus souvent sous Méopa, un gaz permettant de les apaiser pendant la consultation. c’est le cas pour Alexis, Vanessa, Maxim et Quentin, qui à défaut de pouvoir parler poussent ici un véritable cri du corps.
Un film de Tania GOLDENBERG
_______________

Ce documentaire est désormais disponible dans notre Mediatheque à destination des familles de Petit Bonheur.

_______________

Et ça, vous avez lu?

Autisme et Soins compte rendu 1

Autisme et soins compte rendu 2

TSA et troubles du sommeil: les conseils de Dag Strömberg

Cette année, tout comme l’année dernière, l’équipe de Petit Bonheur a eu l’honneur d’assister au salon international de l’autisme organisé par l’association RIAU.

Durant ce salon, une ribambelle d’intervenants tous les plus passionnants les uns que les autres se sont succédés. Entre les conférences et les différents ateliers proposés, cela a permis à notre équipe de faire naître des idées de projets, d’apprendre et de rencontrer des personnes incroyables.

Parmi ces professionnels, nous avons rencontré Dag Strömberg, orthophoniste qui exerce en Suède dans un des plus grands centre de dépistage et de prises en charges de l’autisme européen.

Cette année, son intervention portait sur les troubles du sommeil chez la personne avec Troubles du Spectre de l’Autisme. Le sujet est d’autant plus important que les troubles du sommeil touchent 50% à 80% des enfants autistes, contre 20%-40% des enfants non autistes.

Les  troubles du sommeil chez l’enfant avec TSA se manifestent de façons multiples. Les plus fréquentes sont les difficultés à s’endormir, difficultés à s’endormir seul, les réveilles nocturnes, les difficultés à se rendormir et le réveil qui se fait trop tôt.

Toutes ces difficultés ont manifestement un impact très important sur le comportement de l’enfant durant la journée. En effet, les études scientifiques montrent toutes que le manque de sommeil affecte la mémoire, l’attention, les fonctions exécutives… De plus, dans le cas d’un enfant avec autisme, les troubles du sommeil ont un impact sur les troubles du comportement qui auront tendance à être plus intenses. Tout cela, sans parler des difficultés que les familles rencontrent à cause de cette situation…

Pour Dag Strömberg il n’y a pas de secrets. Pour corriger les troubles du sommeil, il faut s’appuyer sur une méthode scientifiquement prouvée qui donne des résultat: l’Analyse appliquée du Comportement (ABA)! Il nous explique donc comment procéder, en 3 étapes:

Etablir un agenda du sommeil

L’agenda du sommeil permet d’évaluer la situation actuelle du sommeil de l’enfant. Avec cet agenda du sommeil, il s’agit de noter de manière minutieuse pendant 15 jours toutes les étapes liées au sommeil et à l’endormissement de l’enfant, et d’y noter les causes, selon vous.

Capture d_écran 2017-04-13 à 18.40.49

Exemple d’agenda du sommeil proposé par Dag Strömberg

Dag Strömberg recommande d’être extrêmement rigoureux et si possible, que les deux parents se relayent dans la nuit afin de prendre les notes nécessaires.

À l’issue des 15 jours d’observation, il vous faudra analyser vos résultats pour définir un objectif clair et s’y tenir : s’endormir seul? se rendormir seul? S’endormir plus vite? etc…

Etablir une routine nocturne rigoureuse

Il vous faudra donc calculer le nombre d’heures idéales de sommeil pour pouvoir agir et mettre en place une routine nocturne. Bien entendu, une fois la routine bien installée, vous pourrez varier les détails afin de casser la routine et que cela soit plus naturel pour l’enfant.

En plus d’avoir un horaire régulier tous les soirs et une routine bien établie et répétitive, il ne faudra pas oublier de proposer un maximum d’activités à l’enfant dans le courant de la journée. Dag Strömberg préconise aussi d’éviter les siestes (selon l’âge de l’enfant) voir même de décaler l’heure du coucher de 30 à 60 minutes si nécessaire, afin d’être sûr de la fatigue effective de l’enfant.

Les activités avant l’heure du couché sont également très importantes pour un bon endormissement: il faut supprimer les écrans et les activités trop physiques le soir pour privilégier les jeux calmes, les histoires, la musique douce et autres activités de détente.

Dag Strömberg précise que l’enfant doit assimiler son lit au sommeil et non aux jeux. De ce fait, il ne doit pas s’endormir ailleurs que dans son lit, ne doit pas jouer sur son lit (à la rigueur sur le lit des parents).

« L’entrainement au sommeil »

Il s’agit de la dernière phase. L’idée est d’aider progressivement l’enfant à s’endormir seul! Dag Strömberg préconise de remplacer progressivement le parent qui couche l’enfant au lit par un « objet à dormir ». De plus, beaucoup d’enfants ne s’endorment qu’en présence d’un parent. là encore Dag Strömberg conseil de ne pas se coucher à côté de l’enfant, mais de s’installer à côté, et de progressivement (soirs après soirs) s’éloigner de plus en plus du lit de l’enfant, jusqu’à ce que cela soit normal pour l’enfant de s’endormir sans son parent.

Dag Strömberg propose d’autres conseils comme les intervalles régulières ou encore l’introduction des « cartes-pass nocturnes » pour aider l’enfant à se rendormir seul (dans le cas des réveils nocturnes).

Tous les conseils de Dag Strömberg sont disponible dans son PDF ici > Stratégies pour le sommeil PARIS 2017

Bien entendu, il ne faut surtout pas hésiter à vous tourner vers un professionnel formé pour être supervisé dans cette action, et vous armer de patience!


Idée de lecture sur le sujet proposé par Dag Strömberg  “Autisme et A.B.A. : une pédagogie du progrès”

81mOm107MjL

Asperger et fière de l’être

Le Syndrome d’Asperger est un trouble du spectre autistique. Les symptômes sont plus discrets que pour l’autisme classique, à tel point qu’on parle d’un handicap invisible : les personnes atteintes du syndrome d’Asperger (surnommées les Aspies) éprouvent principalement des difficultés majeures dans leurs interactions sociales (déficit des codes sociaux, difficulté à identifier les sentiments et les émotions chez les autres). Beaucoup d’adultes Aspies s’ignorent donc encore ou peinent à obtenir un diagnostic officiel.

Alexandra Reynaud, diagnostiquée aspie à l’âge adulte, témoigne dans ce livre de son parcours diagnostique et de ses questionnements. Elle aborde ses difficultés au quotidien, mais aussi ce que sa différence lui apporte.

Pour obtenir cet ouvrage, c’est par ici >>


Un autre ouvrage sur le syndrome d’asperger au féminin ICI

« L’autisme expliqué aux non autistes »

DES PISTES INÉDITES À PARTIR DES NEUROSCIENCES,
DES RÉSULTATS CLINIQUES
ET DE L’EXPÉRIENCE D’UNE PERSONNE AUTISTE

Cet ouvrage propose une description unique du TSA (trouble du spectre de l’autisme) en soulignant qu’un cerveau autiste est différent d’un cerveau neurotypique, qu’il est connecté autrement et qu’il ne traite pas les informations de la même manière.

• Sous forme de questions et réponses, l’explication d’une cinquantaine de notions en lien avec le développement de l’autiste.
• Des conseils s’appuyant sur une compréhension nouvelle du TSA, qui trouve de plus en plus écho chez les professionnels.
• Des anecdotes tirées de la vie de Brigitte Harrisson, autiste, et de celle de l’écrivaine Kim Thúy, mère d’un fils autiste.

Pour obtenir cet ouvrage, vous pouvez cliquer sur l’image.

Je suis AUTISTE. Et toi, quel est ton super pouvoir? 

Cette année, Petit Bonheur  a établi un partenariat avec DIASporama Photo pour élaborer la campagne de sensibilisation l’autisme 2017!

Trois affiches différentes au format A3, sur lesquelles vous pourrez voir Janelle, Rémy et Guillaume (le Super Frère de Gabriel, autiste), seront placardées dans toute la Marne.

Avec cette campagne de sensibilisation, nous voulons faire changer le regard que la société porte sur l’autisme. Mais surtout, nous espérons montrer la richesse de la neurodiversité dans notre société.

Nous vous invitons à découvrir nos affiches.


*Vous n’habitez pas dans la Marne mais notre campagne vous intéresse? Pour vous procurer nos affiches en bonne qualité d’impression, envoyez nous un mail à association-petitbonheur@outlook.fr


 

Le mot de notre présidente

C’est quoi être un « Super Héros » quand on est autiste? 
C’est tout simplement persévérer, progresser, s’épanouir tant bien que mal dans une société inadaptée! En cela, les personnes avec autisme ont un super pouvoir!

MERCI à tous les loulous qui ont participé à notre campagne de sensibilisation! Janelle, Rémi et Gabriel dont les photos ont été sélectionnées, mais aussi à Coralie, Antoine, Maël, Erwan et Charlie qui ont tous fait preuve de patience et ce sont amusés comme des petits fous durant le shooting!

Merci à DIASporama Photographe d’avoir suivi notre présidente et toute l’équipe de #PetitBonheur dans ce projet un peu fou, de sensibilisation à l’autisme!

La sensibilisation continue!

Astuce propreté : le « pairing » avec les WC

Le pairing avec les lieux consiste à mettre en place dans un lieu choisi (dans notre cas les toilettes) un environnement favorable à l’apprentissage pour créer un lien positif entre quelque chose de plaisant et ce lieu à fin de faire accepter ce lieu à votre enfant.

Décorer les toilettes de manière agréable et plaisante aux yeux de votre enfant: 

Exemple de décoration façon « Père Noël » pour un Loulou fan du père Noël.

 

Intégrer ses jouets, ses livres etc… Utilisez les toilettes autrement : comme lieu de cachette, de coin lecture! 

Faites toujours des toilettes un lieu de récompense ou de félicitation : « Bravo »


Quand vous utilisez vous même les toilettes, laissez la porte ouverte ou entre-ouverte et accentuez votre joie (rire, chant, jeux…) de façon à attirer l’attention de votre enfant.

_____________________________________________

Pour les loulous (garçons) qui apprennent à faire pipi debout, regardez ce qu’on vous a dégoté sur Amazon!