Actualités

Vague d’émotion sur l’Autismosphère: Une maman se suicide à Thiais…

Il y a quelques heures, nous avons pris connaissance de CET ARTICLE dans Le Parisien: nous apprenions qu’une maman de deux enfants autistes s’était donné la mort en sautant du 8ème étage de son immeuble.

Pourquoi ce drame nous émeut-il autant?

Nous, parents d’enfants autistes, avons l’impression que depuis 2012, année durant laquelle l’autisme a été élu « Grande Cause Nationale », trop peu de choses ont changé. Certes, il y a eu des efforts, bien que faibles, de scolarisation (avec la création d’Unités d’Enseignement) et des campagnes d’information et de sensibilisation diverses, mais entre temps, plusieurs personnes autistes ont été zappées par les changements proposés:  Pas grand chose pour les enfants de plus de 6 ans, un désert pour les adolescents, et des adultes avec autisme complètement oubliés… Autrement dit, des familles livrées à elles-mêmes, ou alors avec des « solutions » absolument inadaptées à leurs enfants et souvent imposées aux familles.

Quelle était la situation de cette maman?

Certains diront « Pourtant, les enfants étaient suivis dans un Centre Médico Psychologique! » mais la majorité des parents d’enfants autistes vous diront « JUSTEMENT… ils n’étaient pas pris en charge correctement »…

Malheureusement, il y a peu de temps avant ce drame, cette maman avait exposé sa situation dans un groupe de discussion pour parents d’enfants en situation de handicap, sur les Réseaux sociaux et avait  demandé de l’aide. La mère de famille, comme beaucoup de parents dans cette situation, une pression énorme de la part de ces centres « spécialistes » qui la menaçaient d’un placement d’enfants si elle quittait leurs locaux pour une autre prise en charge…

Cette affaire nous rappelle avec autant d’émotion la situation de Rachel, maman de 3 enfants autistes, placés il y a plus d’un an maintenant car des professionnels d’un hôpital (suivis de toute un délégation) l’avaient accusée de rendre ses enfants autistes.

Nous connaissons Estelle AST pour la création de l’application WATCHELP (pour laquelle nous avons d’ailleurs équipés les enfants de notre association en montre connectées!), et sa vidéo publiée il y a encore quelques minutes est particulièrement émouvante.

Non, nous ne sommes personne pour juger. Mais combien de drames de ce genre faudra-t-il avant que tout cela ne bouge?

Il y a encore quelques semaines, c’était des infanticides de parents d’enfants autistes, qui étaient relatés par les journaux. Suscitant, là encore, beaucoup d’émotions.


Pour soutenir cette famille, une cagnotte a été mise en place. Vous pouvez y contribuer ICI.

Petit Bonheur et la sensibilisation au sein des écoles

Nous terminons l’année avec une intervention efficace au sein de l’école du Ruisselet à Reims. C’est en classe de CP que, Mila et Anne, les deux intervenantes membres de Petit Bonheur, ont eu la joie de rencontrer une équipe éducative motivée!

L’intervention s’est faite en deux étapes (sur 2 jours).

Tout d’abord, les élèves ont regardé une vidéo. Suite à cette vidéo ils ont échangé avec les bénévoles sur les particularités de l’autisme, et ont fait le rapprochement avec leur camarade autiste.

Lors de ces échanges, les élèves ont expliqué que contrairement au petit garçon dans la vidéo, il était assez difficile de jouer avec leur camarade, car la plupart du temps il fuyait et s’isolait. Leur envie: pouvoir jouer à Touche-Touche le Loup avec leur camarade dans la cours de récrée.

Vint alors le moment de la seconde étape.

Les intervenantes ont expliqué aux élèves que si leur camarade fuyait, c’était certainement parce qu’il n’avait pas compris leur approche ou ce qu’ils attendaient de lui.

Le but de cette seconde étape était donc de permettre aux camarades de devenir acteurs dans la sociabilisation de leur camarade. Ils ont alors eu 30 minutes de sensibilisation aux PECS (Système de communication par échange d’images), afin de comprendre le mode de communication d’un enfant autiste (verbal ou non). Ils devaient donc construire des phrases ou demandes assez simples.

Une fois cette notion comprise, ils ont pu l’utiliser afin d’expliquer la règle du jeu qui fait fureur dans la cours de récrée: Touche-Touche le Loup (ou le « jeu du chat »).

Le dessin qui a été sélectionné est celui de Lucille :

Capture d’écran 2016-07-03 à 09.21.14.png

Règle du jeu « Touche-Touche le loup » vue par Lucille.

 C’est donc à partir de ce dessin qu’a été élaborée la planche finale:

Planche finale le loup

Un exemplaire à l’école et un exemplaire à la maison: le petit camarade autiste comprend désormais la règle du jeu et y joue régulièrement avec ses copains pendant la récréation!

Suite à cette intervention, chaque élève a reçu avec fierté son badge de « Champion de l’Autisme »!

IMG_1560

Au sein de cette classe, une belle énergie d’inclusion y régnait. Le travail de l’équipe éducative y est pour beaucoup! À présent ces 24 élèves sont sensibilisés à l’autisme, et il parait même qu’ils l’expliquent aussi aux élèves des autres classes.


Merci à Mila et Anne pour leur travail pour cette intervention!

La maison de champagne RUINART fait don de 8.500 euros à Petit Bonheur

De gauche à droite. Madame Laurence RION, assistante de direction de la maison Ruinart. Maud LACROIX, présidente fondatrice de l’association Petit Bonheur, Frédéric DUFOUR, Président de la maison de Champagne Ruinart.


 

Fondée il y a deux ans, l’association Petit Bonheur voit de plus en plus grand pour la cinquantaine de membres (familles concernées par l’autisme, professionnels de l’autisme et bénévoles accompagnateurs), qui font désormais partie de l’équipe.

photo Michel Jolyot (50)

C’est par les « café-rencontres », une fois par mois, que Petit Bonheur a démarré ses actions. Des moments conviviaux, lieux d’échanges et de conseils entre parents autour d’un café et de quelques douceurs. Très vite, les ateliers enfants encadrés par des bénévoles démarrent, permettant ainsi aux familles une escapade en « café-rencontre » pendant que leurs enfants sont en activité.

Depuis Septembre 2015, c’est également au sein des écoles que Petit Bonheur agit, afin de sensibiliser les élèves de tout âge et d’apporter aux enseignants du soutien et des conseils. Une expérience enrichissante pour tous que l’équipe souhaiterait proposer à beaucoup plus d’écoles.

C’est l’année dernière que la Maison de Champagne Ruinart contacte l’association Petit Bonheur et décide de sélectionner ses actions pour une récolte de dons. Le vendredi 24 Juin 2016, un an après cette annonce, et après une collecte rondement menée par les salariés de la maison de Champagne Ruinart,  Petit Bonheur reçoit 8.500€!

photo Michel Jolyot (151)

De Gauche à droite. Marieke MARTEGANI, maman de l’association et membre actif, Maud LACROIX, Présidente fondatrice de Petit Bonheur, Anne DEVERT, Secrétaire de Petit Bonheur et Psychologue, Cécile LELEU, Coordinatrice des bénévoles et Alexyan, 7 ans, fils de la présidente.

D’emblée, ce don permettra de financer le projet « Tout Numérique » que l’association Petit Bonheur  a décidé de réaliser pour cette année.

En effet, afin d’aider leurs enfants avec autisme à l’autonomie, certaines familles de Petit Bonheur ont décidé d’adhérer au projet WATCHELP ! Elles seront donc équipées en montres connectées grâce à ce don!

De plus, toujours concernant le projet « Tout Numérique », Petit Bonheur a décidé d’investir dans le projet LêKA, un compagnon interactif qui pourrait aider bon nombre d’enfants à progresser!

L’équipe réunit en Juillet l’Assemblée Générale, durant laquelle les membres décideront de la répartition de ce don.


Encore un grand merci à Laurence RION et Frédéric DUFOUR car nous connaissons leurs engagements dans les projets qui leur tiennent vraiment à coeur. Et merci aussi à toute l’équipe des salariés de la maison Ruinart, pour le travail fourni pour cette collecte!

L’Hopital de Reims prône le packing. AGISSONS!

[APPEL A LA MOBILISATION POUR LE 19 mai A REIMS]

Comme certains le savent, l’Hôpital de jour de Reims avait prévu un colloque sur « les bienfaits du packing », avec comme objectif, celui de proposer cette pratique d’un autre siècle, non recommandée par la Haute Autorité de Santé et depuis peu INTERDITE, aux familles d’enfants autistes.

Nous avons été plusieurs à écrire à Madame Ségolène Neuville. Face à la pression des associations du territoire, le colloque a été annulé! MAIS la manifestation prévue est toujours d’actualité.

Nous sommes actuellement une dizaine d’association réparties dans toute la Champagne-Ardenne, toutes inquiètes pour l’avenir des prises en charge de l’autisme dans la Marne! L’an dernier, l’hôpital avait déjà voulu proposer un tour de table sur les bienfaits de la pataugeoire dans la prise en charge de l’autisme… Face à la pression, le sujet a été remplacé (Documents à l’appui et sur demande). Cette année, nous revenons à d’autres pratiques inefficaces. Visiblement, notre hôpital de jour est décidé à travailler dans l’illégalité et l’inefficacité!

De toute évidence, notre hôpital n’est pas près de faire avancer les choses, et nous y reviendrons certainement une autre fois si, aujourd’hui, avec vous, nous n’agissons pas!

Voilà pourquoi aujourd’hui, nous faisons appel à vous!! Vous êtes plus de 1000 à soutenir nos actions et à nous suivre depuis 2 ans.

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS!

Nous vous donnons rendez-vous Jeudi 19 mai à 17h30 devant l’hôpital de Reims.

NOUS COMPTONS SUR VOUS!

Il est grand temps que la Marne bouge pour l’autisme!

Partagez, diffusez ce post en masse, et surtout, rejoignez-nous!

‪#‎NoPacking‬

 

Signez notre pétition contre les dérives de l’hôpital de jour de Reims ICI

(USA) Des adultes autistes embauchés pour créer de la magie dans nos films préférés!

Encore une fois, les Américains ne cachent pas leur intérêt particulier pour les personnes avec autisme. Certaines entreprises américaines se « battent » même pour embaucher ces personnes au cerveau exceptionnel!

Une grande école d’Art Graphique Américaine, Exceptional Minds School  (Traduisez: Ecole pour Cerveaux exceptionnels) a décidé de tout miser sur eux. Les adultes avec autisme sont alors formées aux Arts graphiques et plastiques puis, pour la plupart, embauchés pour travailler sur des projets comme « Hunger Games », « Avengers »ou encore « Game of Thrones »!

Lorsque la journaliste de NBC demande au professeur Ernie MERLAN, ce qu’apporte de particulier les personnes avec autisme dans ce genre de filières, il répond ceci:

« Il sont tous différents les uns des autres, donc ils ont une manière différentes de voir les choses. Mais ce qu’il y a de particulier avec les adultes que nous recherchons, c’est leur sens du détail… ils ont une manière obsessionnelle parfois d’y travailler. »

 Le site internet de cette Grande Ecole : http://exceptionalmindsstudio.org/

Vous pouvez aussi suivre leurs aventures sur leur page Facebook ici >> Exceptional Minds

Petit Bonheur lance une campagne d’affichage pour sensibiliser à l’autisme

L’année dernière, nous avions organisé une série de concerts sur le parvis de la cathédrale de Reims, des animations pour les enfants (châteaux gonflables et atelier de maquillage) ainsi qu’un stand d’information sur l’autisme. Cette année, nous avons décidé de procéder différemment. L’objectif principal est de marquer les esprits de manières durable et constructive.

Une campagne d’affichage est lancée dans toute la Marne 

Une photo en noir et blanc et une phrase qui résume clairement les besoins en matière d’autisme constituent les centaines d’affiches A3 qui seront diffusées en démarrage de la campagne. Nous comptons également beaucoup sur la contribution des familles d’autres régions, concernées par l’autisme qui pourront également imprimer des affiches à partir de chez elles afin de sensibiliser leur ville.

La campagne se poursuivra sur les réseaux sociaux

Nous avons du sélectionné 3 affiches, réalisées avec le soutien de la Fondation du Crédit Mutuel Nord Europe, imprimées en A3 parmi une centaine de photos prises… Le choix a été difficile, d’autant plus qu’il y a beaucoup à dire sur l’autisme. De ce fait, tous les jours, à partir du 1er avril, nous partagerons sur notre page Facebook une affiche différente à partager et à faire imprimer.

D’autres événements sont à prévoir en marge de la campagne de sensibilisation 

Toujours dans cette optique d’informer de manière constructive, l’association Petit Bonheur a également prévu des interventions en faculté (Reims et Strasbourg) et en école primaire, durant tout le mois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parrain de PETIT BONHEUR: Qui est Alexandre KLEIN?

À seulement 26 ans, Alexandre est l’un des jeunes adultes asperger les plus investis dans le milieu associatif.

À la fois porte parole de l’association SOS AUTISME et parrain de l’association PETIT BONHEUR, il est également très investi dans le milieu associatif en Lorraine et met beaucoup de coeur à la reconnaissance de l’autisme en France et agit pour et aux côtés des familles concernées par l’autisme.

Quel est son parcours?

Diagnostiqué autiste Asperger alors qu’il avait l’âge de 17 ans, il a toujours eu des intérêts particuliers et bien à lui, ce qui engendrait déjà beaucoup de distance avec ses paires:

« Petit, j’ai commencé à m’intéresser aux drapeaux de tous les pays. Je les ai tous appris par coeur: il doit y en avoir environ 195. »

Adolescent, conscient de sa particularité, il essaie de se fondre dans la masse en imitant le comportement des jeunes de son âge:

« Le problème c’est que, comme j’étais dans un établissement scolaire « difficile », j’ai commencé à adopter de mauvais comportements que je pensais adaptés. Par exemple, je trouvais tout à fait normal d’aborder une fille en l’insultant, car c’est ce qui se faisait autour de moi. J’ai eu une adolescence plutôt difficile, essentiellement liée à cette envie de ressembler aux autres. »

Après un BEP et un BAC Pro. en comptabilité, Alexandre entame un BTS en Assistant de Gestion PME-PMI. Méticuleux, il se passionne particulièrement pour la comptabilité et aujourd’hui, sans emploi, il aimerait se spécialiser dans la gestion de la paie.

« Certains trouveraient ça ennuyeux de rester assis toute une journée à faire des formules Excel devant un Pc. Mais pour moi c’est vraiment  épanouissant! Je me sens particulièrement à l’aise dans ce genre d’activités, à tel point que mes anciens employeurs devaient me demander d’arrêter de travailler pour la journée! »

À la question « Comment considères-tu ta place dans le monde de l’Autisme? », il répond:

« C’est une question assez difficile parce que je ne sais pas vraiment comment me définir… Je ne suis certainement pas un expert ou un spécialiste de l’autisme (à supposer qu’on puisse en être un), ni un coach de vie, même s’il m’arrive de plaisanter avec ça. Je ne suis pas non plus un porte-parole, car je ne porte que ma propre parole. Nous (autistes) sommes tous différents et avec des ressentis et des points de vue hétéroclites. Je ne prétends donc jamais m’exprimer au nom des autres… En fait, je suis juste une personne autiste avec son vécu, ses expériences et ses ressentis. Les personnes autistes que j’ai pu rencontrer depuis mon diagnostic m’ont énormément aidé à me comprendre, m’accepter et à m’épanouir. Le monde associatif y a aussi contribué de nombreuses manières. Aujourd’hui, je suis capable d’apporter à mon tour ce que j’ai reçu: j’ai une petite contribution à offrir parmi de nombreuses autres dans le monde de l’autisme pour faire avancer notre cause et j’ai envie de me battre pour ça. »

« JOE »

joe6363-700x990

Affiche: Alexandre Bellanger / Crédit Photo: Louise Chabosseau

Hier, nous avons eu l’immense joie de découvrir LA BANDE ANNONCE ET LE MAKING OF DE JOE sur le site de l’association HANDIMAINE!

Après la sortie du film « Le Goût des merveilles », qui avait quelque peu divisé le monde de l’autisme (ici l’article de Hugo Horiot paru dans le Nouvel Obs, et ici celui de la célèbre blogueuse, Elvire Brugne, sur son Blog « Le Petit Prince a dit »), nous ne pouvons pas nous empêcher de nous questionner sur la manière dont sera reçu « Joe ».

Il est vrai que le génie de Tarik Ben Salah, réalisateur et président de l’association HANDIMAINE, met généralement tout le monde d’accord. Et puis pour « JOE », il s’agit d’une histoire réelle portée à l’écran, ce qui apportera plus de crédibilité (ce qui était reproché au film d’Eric Besnard).

« Ça ne suffit pas de faire un documentaire sur l’autisme, pour prétendre comprendre le handicap. »

Cette réplique entendue dans la bande annonce en dit long sur les enjeux de ce film!

 

Sortie prévue: Le 02 avril prochain, jour de la Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme.

Tom à l’école

 

Cette vidéo sur l’autisme est la vidéo la plus mignonne (et la plus constructive) de l’année!!!

Expliquer l’autisme ET expliquer tout ce qu’un élève autiste peut apporter à ses camarades et à la vie de classe en une seule vidéo: pari réussi pour l’association Autistes sans frontières 85.

Reynald, papa d’un enfant autiste, répond à Charlie Hebdo.

Lecteur de Charlie Hebdo depuis le tout début, et parent d’enfant autiste, j’ai été révolté par l’article titré « La Haute Autorité de Santé envoie les psychanalystes à la douche froide » parue dans Charlie Hebdo n° 1227 le 27 janvier 2016.

Charlie prétend dénoncer les abus de toutes les religions. Manifestement, l’une d’elle échappe à son œil critique au point de publier sans vérification aucune, un article dans lequel Yann Diener fait des amalgames éhontés et qui se caractérise par la mauvaise foi, la manipulation et les approximations.

Mais est-ce surprenant de la part d’un membre éminent d’une organisation sectaire ?

Comme tous les psychanalystes, Yann Diener caricature les thérapies cognitives comportementales (TCC) comme des méthodes « pavloviennes », oubliant de dire que, contrairement à la pseudoscience psychanalytique, elles donnent très rapidement des résultats évaluables et même visibles par une personne aussi méprisable qu’un simple parent d’enfant autiste. Alors que jamais un enfant autiste n’a été amélioré par la psychanalyse, bien au contraire ! Quant au « résultat à long terme » la psychanalyse ne vérifie qu’une partie de la proposition : le long terme, parce ce que de résultat, pas…  A moins peut-être de considérer qu’une rente à vie pour le thérapeute est un « résultat » ?

J’assiste à toutes les séances – qui n’ont rien de barbares – de TCC de mon fils qui fait, depuis qu’il les pratique, des progrès considérables. Laisser entendre qu’un enfant va devenir un animal domestique, ou un robot, parce qu’on utilise des méthodes répétitives et qu’on le motive avec des encouragements – pas des « su-sucres » (quel mépris!) relève soit d’une méconnaissance crasse de ces thérapies et du fonctionnement neurologique soit de la volonté de les dénigrer à tout prix, pour mieux vendre sa soupe pseudoscientifique.

Qu’un psychanalyste qualifie quoi que ce soit d’ « église » ou de « religion » pour le critiquer est plutôt « culotté », car s’il y a une obédience qui a tout de la structure sectaire c’est bien justement la psychanalyse. Aucune des thèses du « Dieu » Freud et de son « prophète » Lacan n’ont été validées, il donc s’agit clairement de croyance non pas de science. La psychanalyse impose à ses adeptes et même aux patients un véritable formatage de l’esprit. Sa pratique nécessite une intronisation par des pères spirituels, ses patriciens refusent toute évaluation et critique scientifiques et on exclut les « hérétiques » qui osent mettre en doute les dogmes… Quant au jargon hermétique façon Diafoirus reproché à la « technoscience », c’est tout simplement « l’hôpital qui se fout de charité » !   

Parler de « rationalité » au sujet de la psychanalyse est une curieuse distorsion du langage ! Voilà plutôt où se niche la véritable « novlangue », à l’instar de celle dans le roman « 1984 » d’Orwell qui imaginait que le ministère de l’intérieur était renommé « Ministère de l’Amour » puis « Miniamour » !

On ne peut reprocher à un système de santé de vouloir que les seuls soins évalués et reconnus efficaces, soient remboursés par la sécurité sociale et enseignés dans les facultés, car le coût de la psychanalyse a été et reste colossal au vu des résultats obtenus, sans parler des internements abusifs et des personnes obligées de subir des soins lourds faute d’une prise en charge correcte et précoce. Sinon, pourquoi ne pas rembourser aussi les séances des magnétiseurs adeptes des théories fumeuses de Mesmer ou les confessions des curés de l’église catholique?

En France, pendant près de 50 ans, la secte psychanalytique n’a au aucune vergogne à empêcher l’essor de toutes les thérapies alternatives, elle en a bloqué l’enseignement et provoqué un retard considérable de la France en psychiatrie infantile et des adultes. Tous les experts auprès des tribunaux sont issus de ses rangs et font fréquemment les titres des journaux pour des placements abusifs, des familles détruites, il y même des cas, comme aux États-Unis, de faux souvenirs d’agressions sexuelles durant l’enfance induits par ces prétendus experts ! (Je ne peux ici faire la liste exhaustive des dégâts collatéraux de l’omniprésence des élucubrations issues de la théorie freudienne, vous trouverez des références bibliographiques et vidéographiques au pied de cet article).

Ce n’est pas une « chasse aux sorcières » qui a commencé mais plutôt une lente « déstalinisation » de la profession psychiatrique.

La citation de l’Italie « post-berlusconnienne » comme exemple à ne pas suivre est une autre manipulation : Yann Diener suggère habilement – croit-il – que la psychanalyse serait « de gauche », écologiste, voire révolutionnaire, alors que ceux qui la remettent en question serait bien sûr des vilains fascistes. Pas mal de la part d’un adepte d’une théorie réactionnaire et misogyne qui a fait et fait encore de la femme, un homme castré, donc forcément une névrosée, de l’enfant « un pervers polymorphe », des homosexuels des malades tout aussi pervers, des enfants autistes des psychotiques infantiles irrécupérables, pauvres victimes de  mères qui les ont détestés inconsciemment ou pire, les ont trop aimés au point de provoquer leur enfermement dans une « forteresse vide » !

Il y a sûrement beaucoup à dire sur les économies faites au détriment de la qualité des soins et des personnels de santé, je ne suis pas le dernier à les dénoncer. Mais, de grâce, il n’y a aucun psychanalyste qui n’a tenté de se jeter par une fenêtre, sauf peut-être suite à un contrôle fiscal ! (Les consultations en libéral sont très chères et payées de préférence en espèce, il paraît que ça fait partie du traitement !) Jamais de services d’urgences, jamais de stress, jamais de remises en question, assis sur la chaise près du canapé, ils sont totalement à l’abri du surmenage professionnel et du burn-out!

Que les « Ricains » (l’ « Empire du Mal » apparemment) soient « revenus » des Thérapies Cognitives Comportementales est non seulement faux, mais au contraire, ces thérapies y ont démontré leur efficacité et ont même engendré d’autres thérapies plus évoluées, mais gardant leur caractère comportemental qui dérange tant les psychanalystes. C’est la psychanalyse qui est devenus très marginale dans tous les pays anglo-saxons car ce qui les caractérise c’est le pragmatisme. Et comment ne pas se poser de questions par exemple quand on voit Woody Allen, dont je ne nie pas le talent par ailleurs, en analyse depuis des décennies qui a fini par coucher avec sa fille adoptive provoquant  et lépouser l’ire parfaitement justifiée de la mère de cette dernière. Ce grand succès finira t-il au côté de celui du petit Hans et de « l’Homme aux Rats » dans les manuels de psychanalyse ?  Les psychanalystes refusent toujours de prendre en compte les récentes découvertes des neurosciences sur ce qu’est la façon d’apprendre et la construction de la personnalité. Tout simplement parce qu’elles invalident totalement les édifices intellectuels aberrants du devenu très riche « Herr Doctor » de Vienne et de tous ses successeurs et disciples, en particulier le très vénal Lacan qui effectivement fera un jour sourire tout autant les mages et autres astrologues des temps obscurs .  La comparaison vous choque peut-être, mais elle est bien plus justifiable – et justifiée – que le rapprochement entres les nouvelles pratiques neuropsychiatriques et Berlusconi.

Le Canada représente ce qui se fait de mieux en ce qui concerne l’inclusion scolaire et sociale des autistes et il pratique les TCC systématiquement et avec succès pour bien d’autres troubles neuropsychiatriques que l’autisme.

Les consultations de proximité, parlons-en ! Mon fils aîné présentant des « traits autistiques », car personne n’a encore réussi un diagnostic net à son sujet, a été suivi par le CMPP (Centre Médico-Psycho-Pédagogique) de ma ville, pendant des années, chaque semaine, il a raconté ses exploits dans le jeu Minecraft devant une « pédopsy » au frais de la sécurité sociale (environ 100,00 € la séance quand même !) Ça l’a, certes, beaucoup amusé, mais s’il a progressé en sociabilité, ça n’est sûrement pas grâce à cette « thérapie » ! Mon second fils, lui, est diagnostiqué « autiste sévère » ou « avec troubles de spectre autistique » – franchement on s’en fout ! – C’est toujours mieux que le « psychotique infantile » qu’il n’aurait pas manqué d’être grâce aux coreligionnaires de M. Diener, il y a seulement quelques années – Mon second fils donc, a vu son sort scolaire en grande partie décidé par une infirmière scolaire totalement incompétente pour ce qui est de l’autisme, qui l’avait évalué une heure en tout et pour tout ! Alors si c’est sur ces « consultations de proximité » qu’il faut pleurer, je vais garder mes larmes pour d’autres problèmes bien plus préoccupants, comme le fait que la France soit à la traîne de tous les pays dits « avancés » en ce qui concerne l’inclusion des handicapés et des gens différents à tous les niveaux de la société. Problème dans lequel l’éducation nationale, le système de santé et l’État ont, certes, une lourde responsabilité, mais également la domination de la psychiatrie d’obédience psychanalytique, n’en déplaise à notre polémiste.

Il semble aussi vouloir signifier que la contention serait une méthode thérapeutique issue de l’influence de la Haute Autorité de la Santé (HAS). Or, les seuls cas que je connaisse de méthodes de contention appliquées aux autistes nommées « packing » ont été prescrit par des psychiatres d’obédience psychanalytique.  Quant à opposer usage des médicaments et psychanalyse, cela relève tout simplement de l’escroquerie et du mensonge éhonté, ainsi, ma mère qui est traitée pour des troubles bipolaires par un psychiatre psychanalyste, l’est grâce à un cocktail chimique qui, au dire d’un autre thérapeute, « tuerait un cheval »! 

Josef Schovanec raconte dans son livre « Je suis à l’Est » comment son psychiatre, très réputé sur la place de Paris, faisait prescrire des psychotropes par un confrère, sûrement pour pouvoir affirmer en société que jamais, au grand jamais, il ne prescrivait, lui, de médicaments !

Pour finir, on sent chez Yann Diener, une rage sourde, celle d’une « élite » déchue qui est en train de perdre son pouvoir sur les esprits… et les portefeuilles des patients.  La citation de Lacan « Vous verrez qu’on guérira l’humanité de la psychanalyse, tout se remettra à tourner rond, c’est-à-dire en réalité à être noyé sous les mêmes choses les plus dégueulasses parmi celles que nous avons connues depuis des siècles et qui naturellement se rétabliront. La religion, je vous dis, est faite pour ça, est faite pour guérir les hommes, c’est-à-dire qu’ils ne s’aperçoivent pas de ce qui ne va pas. » est le bouquet final, car le gourou du Café de Flore y stigmatise  les religions comme étant l’opium du peuple, alors que lui même s’est comporté comme le chef d’une secte, prononçant des sentences que lui-même ne comprenait pas et les jetant en pâture pour interprétation à des disciples ébahis.  Il reconnaîtra d’ailleurs lui-même l’inefficacité de la psychanalyse dans un autre discours public à Bruxelles le 26 février 1977 : « Notre pratique est une escroquerie, bluffer, faire ciller les gens, les éblouir avec des mots qui sont du chiqué, c’est quand même ce qu’on appelle d’habitude du chiqué. […] Du point de vue éthique, c’est intenable, notre profession ; c’est bien d’ailleurs pour ça que j’en suis malade, parce que j’ai un surmoi comme tout le monde. […] Il s’agit de savoir si Freud est oui ou non un événement historique.Je crois qu’il a raté son coup. C’est comme moi, dans très peu de temps, tout le monde s’en foutra de la psychanalyse. », mais évidemment, les psychanalystes de gardent bien de parler de ce sursaut de lucidité, car ce sont là des « souvenirs refoulés » qu’il ne faut surtout pas exhumer !


Quelques références pour le comité de  rédaction de Charlie afin qu’il ne laisse plus passer de telles énormités :

  1. Les questions posées à la France par l’ONU sur son non-respect des droits des enfants – Juin 2015
  2. Le livre noir de la psychanalyse – Collectif sous la direction de Catherine Meyer – Edition les Arènes – 2005  Ouvrage en forme de réquisitoire très documenté, évoque tous les faits et méfaits de la psychanalyse.
  3. Le Mur – La Psychanalyse à l’épreuve de l’autisme film de Sophie Robert, journaliste et mère d’enfant autiste, que les psychanalystes ont tenté de censurer. La psychanalyse racontée par les psychanalystes eux-mêmes…
  4. Voir aussi le site d’Autisme France, qui relate au jour le jour les scandales liés à l’attitude du système de santé, de l’éducation nationale et de la justice vis à vis des autistes et de leurs familles.
  5. Un nouveau document de l’ONU vient de « tomber » le 29 janvier 2016 condamnant à nouveau la France pour maltraitance envers les enfants handicapés ou différents.
  6. Merci à Humour De Malade pour son dessin et son article sur le sujet également.