Hyper et Hyposensibilité (Compte rendu)

Le 13 février dernier, nous étions 13 au café rencontre portant sur le sujet de l’hypersensibilité et de l’hyposensibilité de la personne autiste.

Tout d’abord, nous avons défini les termes ! Qu’est-ce que l’hypersensibilité et l’hyposensibilité? Est-ce que les deux troubles sensoriels sont dissociables? 

L’hypersensibilité et l’hyposensibilité sont souvent présentes chez les personnes avec autisme, et nous avons tous parlé de l’expérience de nos enfants.

Une personne hypersensible réagira de manière excessive aux stimuli sensoriels dits « ordinaires ». Celle qui est hyposensible, au contraire, réagira peu ou pas du tout aux stimuli.

Cette sensibilité peut toucher différents sens. Il est également possible que l’hyper et l’hyposensibilité s’alternent et que cette fluctuation ne touche qu’un seul sens. Et c’est exactement ce que nous avons remarqué chez nos enfants.  Parfois même, certains enfants sont passé d’un stade à l’autre!

Cette maman le dit très bien:

« Quand il était petit, mon fils ne réagissait que très peu aux chatouilles, et à la douleur. Maintenant c’est tout l’inverse, et c’est même assez exagéré! Nous avons du mettre en place un système de catégorisation du degré de la douleur de la moins importante à la moins importante. »

Comment l’hypersensibilité se traduit-elle? 

L’hypersensibilité peut mener à deux types d’expériences différentes :

  • la confusion provoquée par certains stimuli sensoriels: Dans certains cas, parler de confusion comme conséquence à l’hypersensibilité est un terme faible. Un sifflotement peut, par exemple, être pénible pour une personne avec autisme. Il est, par conséquent, facile de comprendre que l’hypersensibilité puisse provoquer des crises de colère ou des réactions de crises.

« Un jour nous étions partis manger au fastfood. Habituellement, nous allions à un autre fastfood, mais comme celui-ci était doté d’une aire de jeux, nous avons décidé d’y emmener les enfants pour qu’ils se dépensent un peu. Pour une raison inconnue, notre fils TSA refusait catégoriquement de pénétrer l’aire de jeux et commençait à pleurer de frustration. Habituellement, il se dirige naturellement vers les jeux!

 Nous avons mis 30 bonnes minutes avant de comprendre ce qui le dérangeait: l’aire de jeux était très grande et il y avait un aérateur à l’intérieur. Cet aérateur produisait un léger bourdonnement à peine perceptible pour nous, mais insupportable pour notre fils. »

  • la fascination causée par certains stimuli: Certains enfants ne feront pas de crises, mais développeront une sorte de fascination. Par exemple, nous avons remarqué que certains enfants passaient parfois de très longues minutes les mains sous l’eau, captivés par la sensation que cela procure. 

 

Comment ces troubles sensoriels sont ils remarquables d’un sens à l’autre?

La vue:

  • Une personne hypersensible ne supportera pas les lumières vives ou prendra plus de temps à s’adapter à la lumière diffusée. Une maman présente nous raconte son expérience avec sa fille, autiste asperger de 3 ans.

« Par un temps, lorsque notre fille se levait le matin, elle demandait à ce qu’on lui apporte ses lunettes de soleil pour manger ses céréales. »

  • Une personne hyposensible, à l’inverse, aura tendance à être très attirée par les objet brillants. Et en effet, nous sommes nombreux à avoir remarqué l’intérêt particulier de nos enfants autistes, étant petits, pour la lumière!

L’ouïe:

  • La personne hypersensible aura tendance à se couvrir les oreilles pour certains bruits. Et ce, même lorsque plusieurs personnes parlent entre elles. Nous avons, par exemple, remarqué une forte prédominance de nos enfants hypersensibles au bruit.
  • La personne hyposensible par contre, aura tendance à être plus attirée par les bruits comme les bruits de sirènes par exemple.

Le toucher:

  • Avez-vous déjà remarqué que votre enfant n’aimait pas particulièrement qu’on le touche? Il s’agit d’une réaction d’hypersensibilité. Parfois, cette hypersensibilité est simplement locale: la personne hypersensible peut ne supporter qu’on lui touche les cheveux ou le visage par exemple, alors qu’elle supportera le contact.
  • Chez la personne hyposensible à la douleur, elle sera ou du moins paraîtra insensible à la douleur.

L’odorat:

  • Nous en parlions notamment lors de notre café rencontre du mois de décembre: la personne hypersensible au niveau de l’odorat ne voudra pas manger, par exemple, un aliment si l’odeur est ressentie comme insupportable.
  • À l’inverse, la personne hyposensible n’aura pas ce problème. Ce sera d’ailleurs tout l’inverse: elle aura tendance à apprécier particulièrement les odeurs fortes et désagréables. Une de nos correspondante, maman d’un petit garçon autiste de 5 ans nous disait dans son mail:

« Lorsqu’il était plus petit, il a eu une drôle de « phase » durant laquelle il faisait la sieste ou dormait la nuit avec les chaussures avec lesquelles il avait passé toute la journée! Il mettait ses petites chaussures très proches de son nez et s’endormait comme ça. »

Le goût:

  • Tout comme pour l’odorat, la personne hypersensible aura tendance à sélectionner ses aliments.
  • L’enfant hyposensible par contre aura tendance à ingurgiter des choses non comestibles ou au goût prononcé. Certains parents racontaient d’ailleurs, avec amusement, l’intérêt de leurs enfants pour les découvertes gustatives telles que le sable (très salé?) ou encore la terre des pots de fleurs.

Le sens de l’équilibre:

  • Eh oui! L’hypersensibilité et l’hyposensibilité se remarquent aussi dans le rapport à l’équilibre! La personne hypersensible aura tendance à être angoissée de ne pas sentir ses pieds toucher le sol en position assise!

« Il est quasiment impossible pour mon fils de se concentrer en étant assis s’il n’a pas les pieds posés sur quelque chose. Sinon, il stresse. »

  • L’enfant hyposensible par contre sera capable de tournoyer très longtemps sur lui-même sans jamais être pris de vertiges.

La proprioception:

  • Autrement dit, la manière de percevoir son corps. La personne hypersensible aura tendance à adopter des postures corporelles un peu « étranges ».
  • La personnes hyposensible elle, n’aura pas conscience de certains signes corporels tels que la soif ou la faim.

Que disent les témoignages autobiographiques ?

Dans les récits autobiographiques de personnes avec autisme, nous trouvons la plupart du temps la même explication aux expériences sensorielles. Elles ont l’impression de ne pouvoir contenir les stimuli de leur environnement. Autrement dit : le filtre capable de réprimer certains stimuli dans leur cerveau semble ne pas fonctionner correctement.

Quand notre cerveau ne fait aucune sélection par rapport à ce que nous observons, cela peut avoir toutes sortes de conséquences, par exemple :

  • être plus vite surchargé et fatigué ;
  • ressentir le monde comme très chaotique ;
  • voir des détails que les autres ne remarquent pas ;
  • remarquer immédiatement des changements dans l’environnement ;
  • ne plus reconnaître l’environnement parce qu’un détail a changé ;
  • ne pas pouvoir suivre une conversation parce que le bruit de fond ne peut être « éliminé ».

 

Pour compléter la réflexion: 

On en parle aussi ICI

À lire: SCIENCE. Une piste pour soigner l’hypersensibilité des autistes. 

Une vidéo sur le sujet, qui a fait le buzz! Une minute dans la tête d’un autiste. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s