AUTISTES : ces entreprises qui misent sur eux.

Aujourd’hui s’achève la semaine dédiée à l’emploi des personnes handicapées. Afin de terminer cette semaine, j’ai décidé de consacrer un article aux entreprises qui donnent leurs chances aux personnes porteuses d’un handicap, mais plus précisément aux personnes avec autisme.

Les 03 et 04 Octobre derniers, se tenait la conférence ITASD à l’Institut Pasteur. Lors de cette conférence, une de mes plus belles surprises aura été de faire la connaissance, rapide mais marquante, de Dirk ROMBAULT. Directeur commercial de la société Passwerk en Belgique (Anvers), il avait entamé son discours de présentation en déclamant l’idée principale qui motivait sa société « lutter contre l’exclusion sociale des personnes ayant des Troubles du Spectre Autistique (TSA) ».

copyright Fondation Orange

copyright Fondation Orange

Depuis 6 ans, c’est dans une directive à la fois sociale et économique que Passwerk fonctionne. L’idée est de réinvestir l’essentiel des bénéfices dans l’amélioration de la vie des personnes porteuses de TSA. Afin de permettre cette avancée à la fois sociale et économique, l’entreprise procède de manière méthodique.

Copyright Fondation Orange

Copyright Fondation Orange

Une sélection attentive

 

Dirk ROMBAULT est catégorique : sur environ 10 entretiens, seules 2 à 3 personnes sont retenues. De plus, être une personne avec TSA n’est pas LA clé d’accession à un poste chez Passwerk, bien que le diagnostic officiel soit obligatoire.

En effet, Dirk ROMBAULT précise que les candidats potentiels doivent également être indépendants, avoir un intérêt marqué pour les technologies, et connaître l’anglais. En ce qui concerne les compétences plus sociales, il est également important que les candidats soient à l’aise avec leur autisme.

Le diplôme d’ingénieur n’est cependant pas une obligation, dans le sens où l’entreprise se charge de la formation et du suivi de son personnel, de A à Z. Dirk ROMBAULT précisait d’ailleurs lors de la conférence, que seuls 30% de ses employés étaient diplômés.

Un suivi permanent

Embaucher des personnes avec TSA implique certaines adaptations et services de la part d’une entreprise. En ce point, Passwerk semble avoir trouvé la solution idéale. La société a mis en place un principe de job coaching.

Pour 40 employés, (35 hommes et 5 femmes), Passwerk emploie 6 job coacher.

Qu’est-ce qu’un job coaching ?

Le job coacher est un assistant présent pour l’employé porteur de TSA. Son assistance peut comprendre le trajet du domicile au bureau et du bureau au domicile, la guidance dans le métro et les transports, l’aide à la rédaction de textes etc…

Le coaching est permanent et propose des évaluations fréquentes du personnel, tout en offrant des capacités d’amélioration à ses employés avec TSA. Par exemple, afin de leur permettre de travailler et d’améliorer l’interaction sociale (grande problématique de la personne avec TSA), des ateliers de cuisine en groupes sont proposés. De quoi, également, créer et souder des liens entre les employés.

Ce système de Job coaching étant très ficelé et représentant un grand investissement pour le fonctionnement de la société, il est donc très important que le candidat au poste d’ingénieur au sein de Passwerk accepte cette prise en charge individuelle, ce qui n’est pas évident pour toutes les personnes avec TSA.

Une démarche commerciale concentrée sur le service

Pour Dirk ROMBAULT, miser sur des personnes avec TSA en vaut la peine ! Le travail des ingénieurs consiste, en partie, à tester la qualité, vérifier et concevoir des applications et leurs différents formats. « Ce sont des tâches qui requièrent de la précision pour lesquelles les personnes avec TSA sont très doués naturellement ».

Bien que les employés soient parfois amenés à se déplacer chez le client (d’où l’importance d’une bonne interaction sociale, évaluée lors du premier entretien), ils travaillent dans un cadre d’entreprise avec une réelle croissance économique qui se porte à merveille.

De toute évidence, cette entreprise trouve le compromis idéal entre le social et le marché économique et productif. L’entreprise envisage d’ailleurs d’embaucher encore 35 ingénieurs et de diversifier ses missions.

Regardez plutôt cette VIDEO afin de vous faire une idée.

D’autres entreprises pour l’autisme

Plus proche de chez nous, le Groupe SOREGOR, situé à Tours, habitué à embaucher des personnes en situation de handicap s’est lancé pour défi en 2013, d’embaucher des adultes avec autisme en partenariat avec SOCIA3 et le Centre Ressource Autisme (CRA) de la région Centre, en mettant en place le projet « Hors les Murs ».

 

Un beau projet, mais… très peu d’initiatives ! En effet, des entreprises pionnières comme la Soregor sont très rares en France. Selon une récente étude établit par Autisme France, au maximum 1% des autistes Asperger auraient un travail en France. Alors qu’en Grande-Bretagne par exemple, ils seraient 18% à travailler en milieu « ordinaire ».

Le groupe SPECIALISTERNE embauche depuis plusieurs années des autistes Asperger dans les différentes entreprises basées en Pologne, au Danemark, aux Etats-Unis, en Irlande, Suisse, Espagne, Allemagne, Canada ou Grande-Bretagne.

Un autre exemple, le géant allemand du logiciel pour les entreprises, SAP, s’est engagé à embaucher 650 personnes avec TSA ! Soit environ 1% de ses effectifs, d’ici 2020.

Alors que la France est, une fois de plus, à la traîne, aux Etats-Unis, en Allemagne ou en Belgique, des personnes avec autismes sont engagées pour leurs qualités.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s